• EXTRAIT 2:

    .

      

         Loukas ne répondit rien mais il entreprit de se débarrasser de sa perruque, révélant ses courts cheveux bruns. Puis, il se mit à arracher le rembourrage autour de ses bras. Sur le gauche, il avait serré un bandage très épais qu’il conserva tandis qu’il retirait, jupons, fausse poitrine et frou-frou pour terminer par le masque sur son visage. Quelques morceaux restèrent accrochés à la lisière de ses cheveux trempés de sueur.

         Torse nu, en caleçon à carreaux et mocassins bleu pastel, l’air grave il se rapprocha du moucharabieh.

         –– Vous semblez vous sentir bien mieux, lui fit remarquer Dame Kasan, une pointe d’amusement dans la voix.

         Mais Loukas ne plaisantait pas. Sans quitter l’hémicycle du regard, il déroula le bandage autour de son bras gauche révélant hématomes, vieilles cicatrices et un exosquelette semi-organique implanté depuis l’humérus jusqu’aux premières phalanges de sa main : le Brachial

         Les yeux ambrés de Dame Kasan brillèrent d’envie devant le dispositif légendaire. Le mécanisme greffé sur le bras gauche des porteur etait relié à la fois à leur cerveau et à leur cœur ; une extension d’eux même, reliée plus globalement à une centrale collectant les données de tous les waherlïns, leur souvenirs, leurs visions, leurs rencontre, tout. Trois générations avaient été nécessaire pour parvenir à des êtres viables plus de dix ans. La petite centaine de personnes qui avaient été équipée faisait partie d’une élite soigneusement sélectionnée selon une base génétique et psychologique. L’œuvre de Khyyl une fois de plus. Comme pour tous les projets qu’il avait menés, il n’avait reculé devant aucun sacrifice pour parvenir à ses fins.

         Loukas était une quatrième génération.

         Faisant face à son hôtesse, il souffla sur l’entrelacs de tubes, tuyaux, métal et tendit son bras vers elle.

         –– Il n’y a que deux personnes qui connaissent le nom de Fauste, en dehors de moi. L’une est morte, l’autre choisirait de l’être plutôt que de révéler son identité. À moi de poser les questions maintenant


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :