• EXTRAIT 3

    .

     

         Le Kaferio et Fauste sortirent du champ de la camera. Il y eut un crépitement aigu, puis une lueur bleutée qui satura l’écran quelques fractions de secondes avant que ne réapparaisse la jeune femme, brandissant la tête de la malheureuse créature devant l’objectif de la caméra.

         — Les capacités de cet être surpassent de loin celles d’un humain commun et des peuples dont nous avons connaissance, annonça Joseï en faisant à nouveau claquer sa maudite baguette.

         — Rendez-vous compte que les Kaferios, cannibales redoutés dont la force physique n’a d’égal que la ruse et que rien n’arrête, ni les balles, ni les flammes, ni l’argent, font eux aussi les frais de cette terroriste. Les Kaferios subissent en ce moment une importante famine et sont de plus en plus nombreux à se risquer dans les villes pour y trouver de la nourriture... »

         Le gros Caram Kasan essuya les monstrueuses gouttes de sueurs qui ruisselaient le long de son visage distendu et toussota pour interrompre Joseï.

         — J’ose espérer que vous avez envoyé une unité de combat.

         — C’est évident, seigneur Caram… répondit avec condescendance le vieux rabougri. Si vous le permettez, poursuivit-il en montrant de nouveau l’écran, concentrons-nous sur notre véritable problème.

         Dans l’amphithéâtre des murmures s’élevèrent, remarques et discussions allaient bon train et sans lui. Tremblant de rage, Joseï saisit l’émetteur et provoqua un second larsen qu’il maintint jusqu’à ce que des regards implorants se dressent vers lui. Sans commentaires, il reprit la projection.

         Avec nonchalance, Fauste se rapprocha de la caméra avec son trophée sanguinolent et s’agenouilla.

         — Continuez et vous y passerez tous, lança-t-elle avant de détruire l’objectif.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :